Interview Gauthier Delamarre, formateur Zend Framework 2



LC : Bonjour Gauthier, vous êtes expert technique Zend framework chez VA Consulting depuis sa création, et formateur Zend Framework 2 pour Clever Institut. Pouvez-vous nous présenter l’activité de votre société et votre rôle au sein de celle-ci ?
GD : VA Consulting est une société de service totalement dédiée à l’expertise PHP.  Contrairement à la majorité des sociétés de ce genre, nous avons privilégié l’expertise sur une niche et le partage d’une culture à la variété des technologies. Autrement dit, nous ne proposons pas des profils individuels à nos clients, nous proposons des membres d’une équipe cohérente et partageant une vision et une maîtrise commune de notre technologie.

LC : Quel regard portez-vous sur Zend Framework de manière générale ?
GD : Zend Framework (premier du nom) a quelque peu bousculé le paysage lors de son annonce puis de ses premières implémentations. Son caractère résolument industriel et professionnel, de même que sa démarche d’intégrer aux pratiques PHP les meilleurs usages observés dans d’autres technologies, lui ont assuré un positionnement à part. A l’époque, la quasi totalité des frameworks PHP étaient orientés «sites web», voire «CMS». Zend Framework a été l’un des premiers a considéré les projets PHP comme des applications à part entière, quel que soit leur objet.

ZF2 logo1

LC : Quelles sont les nouveautés majeures apportées par Zend Framework 2 ?
GD : Sans vouloir rentrer dans des considérations trop techniques, on peut dire que ZF2 est un tout nouveau framework du point de vue de l’implémentation comme de l’architecture. Et si l’on doit retenir deux points principaux, ce sont les gestionnaires de services et d’événements qui, du point de vue de l’architecture, ont profondément modifié la façon de penser les applications avec Zend Framework.

LC : A ce jour, quels sont les points forts et points faibles de Zend Framework 2 ?
GD : En toute honnêteté, il est encore tôt pour répondre à cette question. La première version stable de ZF2 a environ 6 mois à ce jour, aussi notre recul est limité, et donc de telles conclusions sont-elles difficile à tirer. Si je dois vraiment me risquer à répondre, je dirai que les évolutions de l’architecture (intégration des concepts de services et d’événements) sont l’un des gros points forts, certainement avec le nouveau système de modules (beaucoup plus découplés qu’avec ZF1), et le point faible reste certainement la documentation, relativement parcellaire, et incomplète.

LC : Comment définiriez-vous Zend Framework 2 par rapport à Symfony 2 ?
GD : Je suis expert Zend Framework depuis 6 ans. Autant dire que je n’ai eu que peu de temps pour «voir Symfony grandir» :) Sans le connaître très bien, je ne doute cependant pas qu’il s’agisse également d’un très bon outil, et j’ai confiance dans les qualités et compétences de Fabien pour faire les choses au mieux pour les objectifs qu’il se fixe.

LC : Pourriez-vous nous parler d’un exemple de projet réalisé par votre société, qui illustre bien l’intérêt et les spécificités de Zend Framework 2 ?
GD : Il va de soi que les projets que nous réalisons pour nos clients ne peuvent être explicités publiquement. Toutefois, je peux dire que de manière générale, des problématiques récurrentes telles que l’implémentation des contrôles d’accès a été largement facilitée grâce au gestionnaire d’événements. Je reviens à lui, mais c’est un fait qu’il a beaucoup influencé la conception des systèmes d’objets, et permis un plus grand découplage.

LC : Si vous vouliez convertir des Zend2sceptiques, quelle serait votre réplique qui tue ?
GD : L’exercice me semble extrêmement dangereux :) Je ne me vois pas résumer un outil aussi complet et complexe en une phrase. Mais là aussi, je vais tenter de jouer le jeu : ZF est le moyen qui vous permettra d’atteindre vos fins ! (je rappelle que je ne suis pas publiciste :))

LC : Quelles recommandations pourriez-vous donner à une entreprise qui envisage de mettre en œuvre Zend Framework 2 ?
GD :
De bien se préparer, et surtout de bien préparer ses équipes. Toutes ses équipes. ZF2 amène avec lui nombre de bonnes pratiques dans l’organisation et la gestion de projet qui n’impacte seulement la façon d’implémenter les applications, mais également la façon dont le «métier» (marketing, commercial) doit collaborer avec la techniques. Cette collaboration, qui doit être une entente efficace, basée sur un respect mutuel des équipes, est absolument indispensable au bon déroulement d’un projet.

D’un point de vue plus strictement technique, une mise-à-niveau sur l’OOP et les tests unitaires est un prérequis quasi indispensable pour qu’un développeur puisse se sentir à l’aise lors de sa prise en main du framework.

LC : Comment se déroule la formation Zend Framework 2 que vous animez ?
GD : De manière très pragmatique. Nous sommes particulièrement attentifs à ce que les participants en attende, et en obtienne ! Cela signifie que l’on fait beaucoup de pratique, et que les exercices pratiques sont guidés par les interactions avec les participants, de façon à les mettre dans des situations qui leur sont familières. Et nous allons en général aussi loin que les stagiaires le peuvent, et non pas là où le programme le prévoit. Autrement dit, pas de déroulement de slides au pas de charge pour terminer le programme à tout prix ! Nous privilégions le savoir-faire au savoir, même si les deux sont nécessaires pour une réelle compréhension.

De façon générale, je fais en sorte de créer un lien maximal avec les participants, d’avoir un maximum d’interaction. C’est pour moi la clé d’une formation réussie sur le plan humain, et efficace d’un point de vue technique.

LC : Quel est votre meilleur souvenir de formation ?
GA : Il remonte déjà, mais j’avais été particulièrement fier, si peu que je sois sujet à l’orgueil :), qu’un participant ait qualifié un cours (basique) d’introduction à PHP de «passionnant», car j’ai donc eu le plaisir de constater que cette personne avait pris plaisir à entendre parler pendant 4 jours des fondamentaux d’un langage de programmation, ce qui n’était pas gagné par avance :)

LC : Et le pire ? :-)
GA : Si l’on laisse de côté les inévitables participants envoyés contre leur gré et qui passent leur temps sur leur mail ou à surfer pendant le cours, je dirais que je n’ai pas de réel mauvais souvenir. J’aime à transmettre mes connaissances, et la très grande majorité des participants sont en réel attente. Ce sont en général des moments riches humainement, dont je me réjouis toujours autant !

LC : Merci pour ta franchise Gauthier, et au plaisir de te revoir chez Clever Institut pour une formation Zend Framework 2 :-)